Emploi et handicap : bilan des mesures du gouvernement

Un jeune homme avec trisomie 21 dresse la table dans les salons de Matignon. Nous sommes le 20 septembre 2017. Édouard Philippe reçoit ses ministres pour le premier Comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat Macron. Ce jour-là, en cuisine, ce sont les jeunes de l’École Médéric qui s’affairent. Cette école hôtelière de référence se veut à la pointe sur les enjeux de société contemporains tels que l’insertion des jeunes en situation de handicap.

Semaine chargé pour l’emploi

Plus qu’un symbole, une véritable ambition ? L’emploi est justement au cœur de ce CIH. Le lendemain, le 21, Édouard Philippe dévoile son plan de lutte contre la pauvreté tandis que le Fiphfp (fonds dédié à l’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique) réunit la presse pour dresser un bilan de ses actions. Deux jours plus tard, c’est la signature officielle des ordonnances sur la réforme du Code du travail. Dans cette profusion d’évènements, quelle place pour le handicap ?

Les annonces du CIH

Lors du CIH, sous la rubrique « Accéder à un emploi et travailler comme les autres », Édouard Philippe déroule les mesures en faveur de l’emploi des personnes handicapées qui, rappelons-le, sont deux fois plus au chômage que le reste de la population. 500 000 travailleurs en situation de handicap pointent à Pôle ou Cap emploi. Leur niveau de qualification est inférieur à celui de l’ensemble des demandeurs d’emploi (26% ont le Bac et plus contre 45% tous publics). Quelle feuille de route pour les 5 ans à venir ? Des objectifs énoncés dans les grandes largeurs, plus que des mesures concrètes : réduire l’écart entre le taux de chômage des personnes handicapées et celui des personnes valides ; faciliter l’embauche et le maintien en emploi y compris dans les TPE-PME ; rénover l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH) en l’intégrant dans la déclaration sociale nominative ; augmenter leur niveau de qualification et mieux accompagner et sécuriser les transitions entre l’éducation et l’emploi.

Secteur adapté, apprentissage…

C’est aussi rénover le secteur adapté et expérimenter des mesures favorables au recrutement de travailleurs handicapés et accompagner le secteur protégé sur la formation professionnelle de leurs travailleurs et leur accès au milieu ordinaire au travers du dispositif d’emploi accompagné mis en œuvre en 2016 que le nouveau gouvernement souhaite « déployer ». Il vise également l’accueil d’au moins 6% d’apprentis en situation de handicap dans le secteur public (pour l’État, environ 600 postes pour un objectif de 10 000 apprentis). D’autres mesures, des « mesurettes » pour certains… Le gouvernement promet ainsi de doter chacun des 10 000 agents du Ministère de l’intérieur en situation de handicap d’un « Livret de parcours professionnel » destiné à simplifier les relations de travail. Il entend enfin généraliser la pratique du Duoday dans l’ensemble des ministères dès le 26 avril 2018 ; durant cette journée, un duo se crée entre une personne en situation de handicap et un salarié volontaire.

Le point de vue du Fiphfp

Interrogé par handicap.fr sur ces annonces, Dominique Perriot, président du Fiphfp, explique : {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : handicap.fr