Emploi : les Français prêts à changer de métier

Selon un sondage Odoxa, connaître plusieurs vies professionnelles est positif pour une majorité de Français.

De secrétaire dans l’armée, à pâtissière puis à chef de projet multimédia, à 33 ans, Aurélie Bonet, installée dans le Vaucluse, a connu autant de métiers que de décennies. «Vu comment évolue le marché du travail, il faut être prêt à changer de boulot», constate la jeune femme à l’accent chantant du Midi.

Un constat largement partagé, la moitié des actifs ont déjà changé de métier et un tiers seraient prêts à le faire selon un sondage Odoxa. Fini l’emploi à vie donc. Mais si les intentions de se reconvertir sont là, le passage à l’acte est encore perçu comme difficile par 67 % des sondés. La raison ? La formation est désignée comme principale difficulté par deux tiers des personnes interrogées qui craignent de ne pas en trouver une qui leur correspond ou ne pas réussir à la financer.

Accepter de se remettre en question

Une réalité que confirme Aurélie, lorsqu’elle a voulu passer de la pâtisserie aux métiers du numérique : «J’avais commencé à suivre une formation en ligne, mais il a fallu convaincre Pôle emploi de la financer sinon je n’aurai pas pu la suivre.» En plein développement, le secteur du numérique est vu comme le plus porteur par 57 % des sondés, même si ses métiers sont jugés techniquement difficile à maîtriser pour 63 % d’entre eux.

«J’ai fait un bac L et je pensais que je n’arriverai jamais à coder, mais en fait je m’en sors bien», se félicite Aurélie. Désormais autoentrepreneuse, elle a contribué à la création d’une plate-forme de réservation de billets pour le musée du Louvre. Reconversion réussie pour celle qui insiste sur la nécessité «d’accepter de se remettre en question».

Pour 85 % des personnes interrogées, changer de métier au moins une fois est bon pour la vie professionnelle. Aurélie acquiesce : «Les compétences que j’ai acquises précédemment me servent aujourd’hui.»

Enquête Odoxa pour OpenClassrooms, première plate-forme européenne d’éducation en ligne spécialisée dans le numérique. Réalisée les 17 et 18 mai par Internet, sur un échantillon de 1 001 personnes âgées d’au moins de 18 ans, dont 631 actifs.

Source : leparisien.fr