Emergence d’un nouveau géant de l’assurance-santé

1154087_021313914738_web_tete

Adrea, Apréva, Eovi MCD et Solimut vont former un groupe pesant 2 milliards de chiffre d’affaires.
Les positions bougent à une vitesse folle dans le secteur de la protection sociale complémentaire. Partis à trois pour constituer un nouveau poids lourd de l’assurance-santé, Adrea Mutuelle, Apréva Mutuelle et Eovi MCD Mutuelle ont été rejoints en cours de route par Solimut, une union rassemblant dix mutuelles (386 millions d’euros de cotisations en santé et prévoyance l’an dernier).
A eux quatre, ils totalisent un peu plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour 3,76 millions de personnes protégées. Présenté mercredi, leur rapprochement va ainsi donner naissance au numéro trois de la santé en France, derrière les deux grands ensembles qui doivent se former autour d’Harmonie Mutuelle et de la MGEN, d’une part, et de La Mutuelle Générale et de Malakoff Médéric, d’autre part.
L’objectif affiché est de parvenir à la constitution d’une union mutualiste de groupe (UMG) prudentielle – qui introduit des liens de solidarité financière entre ses membres – pour juillet 2016. En attendant, Apréva et Eovi MCD Mutuelle rejoignent Adrea et Solimut dans Solead, l’union de groupe mutualiste (UGM) que ces derniers avaient créée en 2013.
Nécessité de répondre au mieux à un contexte concurrentiel exacerbé, au défi de la généralisation de la complémentaire d’entreprise, mais aussi recherche de synergies, d’une puissance d’investissement élargie, volonté de peser politiquement… Les raisons présidant à ce rapprochement ne manquent pas. « Le poids est un élément très important pour négocier avec les professionnels de santé », rappelle, par exemple, Alain Tison, le président d’Apréva.
Marque et stratégie communes

In fine, les membres de la future UMG, qui maillent tout le territoire, se rassembleront derrière « une marque commune » et « une stratégie commune », indique Patrick Brothier, le président d’Adrea.
Au-delà, ceux-ci envisagent déjà de présenter une gamme de produits plus large à leurs adhérents, par exemple des assurances auto ou habitation. « Notre point fort est que nous sommes des spécialistes de la santé. Notre point faible est que nous restons monoproduit. La prochaine étape sera donc celle de la diversification de nos entreprises », expose Maurice Ronat, le président d’Eovi MCD. Ce qui, ajoute-t-il, impliquera d’ « avoir des partenariats forts ». Adrea mène actuellement avec la Matmut un test de commercialisation de produits IARD dans certaines de ses agences. L’expérimentation est suivie de près par ses partenaires. « Les premiers résultats sont encourageants », affirme Patrick Brothier.

Source : Les Echos