Diabète : Google et Sanofi prévoient de lancer leur plateforme de médecine personnalisée en 2018

Onduo, la coentreprise de Verily (Google) et Sanofi va mener des essais cliniques aux Etats-Unis avant le lancement de cette plateforme. En analysant de nombreux paramètres (démographie, profil des pathologies, mode de vie,…), cette solution est censée proposer le suivi le plus adapté à chaque patient.

Créée en septembre 2016, la société Onduo, coentreprise de Verily Life Sciences et Sanofi, assure déjà avoir quasiment finalisé la conception de sa plateforme pour améliorer la prise en charge du diabète.

« Nous allons lancer des essais cliniques en 2018 aux Etats-Unis », dévoile Joshua Riff, directeur général d’Onduo, à La Tribune. Les éléments qui constituent la plateforme ont déjà été approuvés auparavant, ce qui devrait faciliter l’approbation rapide de notre offre. Nous espérons obtenir un feu vert de la FDA (Agence américaine des médicaments, NDLR) la même année. »

Cette plateforme s’appuiera sur des algorithmes « pour conseiller sur les prises en charge et les traitements les mieux adaptés – insulines notamment – pour la pathologie ». Et ce, « en prenant en compte de nombreux paramètres nécessaires, comme la démographie des patients, les caractéristiques de leur pathologie, l’épidémiologie, le modes de vie », ajoute Joshua Riff. L’idée de la plateforme est de se diriger vers un traitement personnalisé de la maladie, c’est-à-dire proposer des solutions individualisées pour tous les types de patients. La plateforme est destinée principalement aux professionnels de la santé pour les aider dans leurs prises de décision en leur apportant la connaissance et les outils nécessaires. On y « trouvera tout ce qu’on veut, un peu comme sur Amazon », ose comparer le patron d’Onduo.

Une fois lancée, la plateforme pourra être agrémentée au fur et à mesure avec « de nouveaux paramètres et éléments qui aideront à améliorer le suivi de la pathologie, et permettra de couvrir des zones géographiques plus étendues en ajoutant les caractéristiques de nouveaux pays », ajoute-il.

A terme, elle comprendra également une mise à disposition de micro-puces, une technologie développée par Verily, pour suivre les patients diabétiques. Elle seront fournies avec des insulines de Sanofi ou d’un concurrent.

Forte concurrence dans le diabète

Le géant pharmaceutique français espère renouer avec la croissance dans le diabète en 2020. Il mise ainsi sur de nouveaux lancements d’insulines, comme le Soliqua, mais aussi sur Onduo et les services qu’il peut apporter en complément de ses traitements. L’activité « diabète et cardiovasculaire » de Sanofi est minée par la forte concurrence des sociétés comme Eli Lilly et Novo Nordisk, et la pression sur les prix aux Etats-Unis. Le chiffre d’affaires de Sanofi dans ce domaine thérapeutique a reculé de 2% en 2016 à 6,4 milliards d’euros.

« Il y a beaucoup de concurrence dans le diabète, mais beaucoup de solutions restent à développer sur le suivi des diabétiques. Il reste beaucoup de besoins médicaux non satisfaits », explique Joshua Riff.

Sanofi n’est pas le seul géant pharmaceutique à s’allier à un géant de la technologie. En 2015, Novo Nordisk s’est associé à IBM pour jouir des capacités de l’intelligence artificielle Watson à trouver potentiellement de nouvelles solutions dans le traitement de cette pathologie chronique.

Sanofi et Verily ont toutefois mis le paquet en mettant sur la table 500 millions d’euros pour faire fructifier leur projet. Un montant rare dans les projets en santé numérique. « Une telle somme peut nous aider à faire la différence », juge Gilles Litman, à la tête de la partie soins intégrés diabète et cardiovasculaire de Sanofi.

Source : latribune.fr