Détecter la maladie d’Alzheimer dans la rétine

Un nouvel outil pour révéler les plaques amyloïdes typiques de la maladie d’Alzheimer, dans la rétine apporte des résultats prometteurs pour une détection précoce.

Neurologie : à en croire une nouvelle étude du Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles (États-Unis), c’est peut-être dans le fond de l’œil que l’on détectera demain la présence d’Alzheimer. Une maladie neurodégénérative qui touche 900 000 personnes en France sans qu’aucun traitement efficace soit disponible. Selon les chercheurs américains en effet, les yeux “ouvrent une fenêtre directe pour la surveillance des maladies du cerveau”. La nouvelle méthode s’appuie sur l’hypothèse que les plaques amyloïdes — ces agrégats de protéines cérébrales (bêta-amyloïdes) que l’on retrouve dans le cerveau des malades d’Alzheimer — apparaissent dans la rétine (composée de cellules photoréceptrices et de neurones) avant de coloniser le cerveau. En 2011, l’équipe du Cedars-Sinai Medical Center démontrait le phénomène dans la rétine de souris “Alzheimer”, puis dans les rétines de malades humains, post mortem.

Dans la présente étude, les chercheurs ont utilisé la nouvelle méthode de détection sur dix patients (vivants) atteints d’Alzheimer qu’ils ont comparé à six témoins de même âge. Ils leur ont administré de la curcumine, un fluorochrome (substance qui émet de la fluorescence) naturel ayant une forte affinité avec les protéines bêta-amyloïdes agrégées. Puis ils ont observé la rétine à l’aide d’un rétinographe (outil qui photographie le fond de l’œil), cherchant des points de fluorescence révélant la présence de curcumine et donc de plaques amyloïdes. Résultat : les plaques amyloïdes sont 4,7 fois plus abondantes dans la rétine des malades que dans celle des témoins.

Les chercheurs ont par la suite analysé les rétines de 23 patients décédés comparés à 14 individus d’âge similaire, non malades. Même constat. Les plaques de bêta-amyloïde sont plus abondantes dans les rétines des malades d’Alzheimer. Mieux, que ce soit chez les patients vivants ou décédés, les chercheurs ont constaté que la perte neuronale dans les rétines était corrélée avec la perte neuronale dans le cerveau {…}

Pour en savoir plus, cliquez ICI

Source : sciencesetavenir.fr