Déserts médicaux : les directeurs d’hôpitaux comptent sur la télémédecine

Pour la première fois, le Baromètre santé 360 réalisé par Odoxa*a interrogé les directeurs d’hôpitaux, sur un panel de 190 personnes, grâce au concours de la Fédération hospitalière de France et de Ramsay Générale de Santé.

Ceux-ci se montrent convaincus que l’hôpital pourra jouer un rôle positif contre les déserts médicaux, en favorisant le développement de la télémédecine (selon 89% d’entre eux) et en permettant davantage d’interconnexions avec les acteurs de santé locaux (pour 88%). Ils sont en revanche 45% seulement à voir une opportunité de résoudre ce problème avec le développement des GHT (groupements hospitaliers de territoire).

Cette confiance dans leur capacité à jouer un rôle dans l’évolution du système de soins ne masque toutefois pas que les directeurs ont conscience des difficultés à surmonter. 64% observent que la prise en charge des personnes âgées constitue LE principal défi à relever pour leurs établissements à l’avenir. Ils sont également 35% à placer le développement de la télémédecine, justement, en amont comme en aval des actes chirurgicaux, au même niveau que l’engorgement des services d’urgence parmi les enjeux auxquels ils sont confrontés.

Questionnés à propos de la critique d’hospitalo-centrisme qui leur est régulièrement adressée, les directeurs d’hôpitaux sont 44% à l’admettre, selon ce sondage.

Ils sont, enfin, près de 9 sur 10 à considérer que les pouvoirs publics devraient intervenir pour réguler la répartition des médecins libéraux sur le territoire (versus 44% des médecins… sans surprise, et 81% des Français).

Source : dsih.fr