Des recherches d’emploi sous surveillance accrue

Pôle emploi renforce le contrôle des chômeurs en Poitou-Charentes. “ L’objectif n’est pas de radier des demandeurs d’emploi ”, insiste la direction.

Le dispositif de contrôle des recherches d’emploi testé depuis un an à La Rochelle a été étendu à toute la région Poitou-Charentes, la semaine dernière ; il sera généralisé sur l’ensemble du territoire national d’ici à la mi-novembre.

Concrètement, Pôle emploi a donc mis en place à Aytré, près de La Rochelle, une équipe dédiée de cinq personnes chargées de contrôler les chômeurs qui n’ont pas signalé d’actes de recherche active d’un emploi. Un entretien téléphonique est prévu dans un premier temps. Un entretien physique, ensuite, pour faire le point. En dernier recours, s’il n’y a toujours pas de réponse du demandeur d’emploi, c’est la sanction : quinze jours de radiation pour le premier manquement et, s’il se répète, jusqu’à six mois de radiation.

«  Combattre le cliché des chômeurs fainéants  »

« D’abord, ce n’est pas quelque chose de nouveau », précise David Vialat, le nouveau directeur territorial de Pôle emploi dans la Vienne. « Ça fait vingt ans que je suis à l’ANPE puis à Pôle emploi et ça fait vingt ans que l’on fait du contrôle. Ce qui change, c’est que ce ne sont plus les conseillers qui font ce travail. »
Mais le responsable insiste surtout sur l’esprit de ce dispositif : « L’objectif n’est pas de radier des demandeurs d’emploi mais d’accompagner les personnes découragées et de les aider dans leurs recherches. Il faut combattre le cliché des chômeurs fainéants qui ne cherchent pas un emploi. » David Vialat en veut pour preuve que l’expérience menée à La Rochelle n’a pas fait augmenter le nombre de radiations. « Il y en a ni plus ni moins qu’avant », dit-il.
La déléguée syndicale régionale de la CFDT le confirme. « Dans une autre région où un autre test ciblait les demandeurs d’emplois dans des métiers en tension, il y a eu beaucoup de radiations mais pas ici », explique Catherine Caouissin. « Nous avons au contraire constaté que cela dynamisait les recherches. C’est plutôt positif et ce n’est pas une révolution. Ce service est bien dissocié du service fraude qui existait déjà et qui continue d’exister. »

«  Flicage  »

Cela n’empêche pas la CGT-Chômeurs du Morbihan de crier au scandale en dénonçant « du flicage » et « une industrialisation numérique du contrôle de la radiation ». Dans la Vienne, la CGT n’a pas donné suite à notre demande.
« La volonté n’est pas de fliquer mais de dynamiser », souligne le directeur territorial de Pôle emploi. En août dernier, la rotation des chômeurs était d’environ 10 % dans le département. Sur 32.343 demandeurs d’emploi dans les catégories A, B et C à la fin du mois, Pôle emploi a enregistré 3.042 entrées et 3.165 sorties. La tendance est la bonne. Reste à l’amplifier.

Source : Baptiste Bize, La Nouvelle République.fr