Dépendance : les Français insatisfaits

Selon un sondage Odoxa, réalisé pour la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH) et la Fédération hospitalière de France (FHF), 68% des Français jugent que la prise en charge de la dépendance est « insatisfaisante ».

Six Français sur dix (73% des plus de 65 ans) se sentent concernés à titre personnel par la prise en charge du grand âge et de la dépendance, selon un sondage Odoxa, réalisé pour la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH) et la Fédération hospitalière de France (FHF), en partenariat avec France Inter et Le Figaro.

Mais, dans leur majorité, nos concitoyens ne sont guère optimistes puisqu’ils sont 68% à juger que « la prise en charge de l’accompagnement du grand âge et de la perte d’autonomie en France est aujourd’hui insatisfaisante ».

D’autant plus que 42% des Français s’inquiètent de leurs problèmes de santé, notamment les troubles cognitifs (Alzheimer, sénilité précoce…). S’ils les redoutent tant, c’est qu’ « ils sont persuadés que ce sont ceux pour lesquels il existe le moins de solutions de prise en charge ».

Quelles solutions faut-il mettre en œuvre ? 56% des personnes interrogées ont une mauvaise image des Ehpad et 82% pensent qu’ils manquent de moyens. En revanche, 60% des sondés ont une assez bonne image des personnels de santé qui y travaillent. Autre enseignement de cette enquête, souligne Le Figaro, 82% des Français ignorent les dispositifs de prise en charge de la perte d’autonomie et ne savent pas à qui s’adresser en cas de besoin. Pour les trois-quarts d’entre eux, « les dispositifs existants sont à la fois complexes, peu efficaces, pas adaptés à leurs besoins et peu accessibles ».

Entre un maintien à domicile et un hébergement en Ehpad, la solution d’un domicile adapté est plébiscitée. Une troisième voie semble émerger pour certains, celle d’une alternance entre maintien à domicile et séjour en établissement médicalisé, note Le Figaro.

Autre registre : la prise en charge financière de la dépendance. Une personne sur deux estime que le reste à charge est trop important pour les familles et la moitié des Français veulent que ce soit la solidarité nationale qui finance la dépendance. En outre, deux-tiers des sondés (75% des plus de 65 ans) sont favorables à la création d’un 5e risque de protection sociale consacré au vieillissement et à la dépendance.

Source : mutualite.fr