De plus en plus de retraités travaillent

Selon l’Insee, 452.000 personnes cumulaient emploi et retraite en 2013.

Les Français ne partent pas seulement de plus en plus tard à la retraite. Ils sont aussi de plus en plus nombreux à cumuler cette dernière avec un emploi. La tendance s’est confirmée en 2013, selon un document de travail du Conseil d’orientation des retraites (COR), qui s’est réuni mercredi. Quelque 350.000 retraités du régime général (+ 4,4 % en un an) cumulaient leur pension avec un revenu issu d’une activité dans ce même régime, auxquels s’ajoutaient 53.800 indépendants, affiliés au RSI commerçants (33.200, + 11 %) ou au RSI artisans (20.600, + 10,8 %).
Ce total de 405.000 n’intègre en outre pas les cas des retraités d’un régime cumulant leur pension avec les revenus d’une activité découlant d’un autre régime de retraite. Cela explique la différence avec l’Insee, qui a décompté 452.000 personnes de plus de 55 ans cumulant un emploi et une pension de retraite en 2013. Ce deuxième total n’inclut toutefois pas les anciens fonctionnaires qui cumulent pensions et emplois, une donnée non disponible dans la statistique publique. Il convient aussi de préciser que si la progression est marquée, cela ne représente encore qu’une part très limitée des retraités : la caisse nationale d’assurance-vieillesse (Cnav) estime ainsi que seuls quelque 3 % des retraités du régime général ­travaillent.
Les cadres et diplômés du supérieur surreprésentés
Le mouvement a été impulsé par l’assouplissement, en 2009, du cumul emploi-retraite : depuis, tout retraité remplissant les conditions d’une retraite à taux plein et ayant liquidé l’ensemble de ses droits à pension peut cumuler l’intégralité de ces derniers avec des revenus professionnels, y compris en travaillant pour son dernier employeur. La crise joue aussi : selon une étude menée en 2013 par l’Insee, la moitié des retraités qui travaillent sont motivés par le fait que leur pension « ne suffit pas pour vivre aujourd’hui », et 7 % car « cela leur permet de cotiser plus pour améliorer leur retraite de demain ».

Le cumul emploi-retraite ­concerne un peu plus souvent les hommes et, sans surprise, les personnes se déclarant en bonne santé. Il est également davantage répandu parmi les cadres et les diplômés du supérieur, entraînant une surreprésentation parmi les professions intermédiaires et supérieures : « Ces catégories connaissent des taux de remplacement retraite-salaire plus faibles et peuvent aussi bénéficier d’opportunités accrues de cumul », car leurs compétences sont plus recherchées, note l’Insee. Les emplois non salariés, en particulier de commerçants, professions libérales, agriculteurs ou ­artisans, sont également surreprésentés : ils regroupent 30 % des sexagénaires cumulant emploi et retraite, contre 14 % des actifs ­occupés de 50 à 59 ans.
Lorsqu’un retraité occupe un emploi salarié, ce dernier est dans les trois quarts des cas à temps partiel, généralement en mi-temps. Le phénomène devrait continuer de se développer : l’étude Insee de juin 2013 pointait ainsi que 19 % des 50-59 ans affirmaient envisager de travailler pendant leur retraite, dont plus de la moitié (56 %) pour des raisons financières.

Source : Les Echos, par Derek Perrotte