Conférence Mutex sur la prévoyance

Dominique Libault, directeur de l’EN3S intervenait hier lors d’une conférence parlementaire organisée par Mutex sur les évolutions en matière de prévoyance.

L’ancien directeur de la sécurité sociale est revenu sur son rapport remis la semaine dernière à Marisol Touraine, sur la solidarité et la protection sociale complémentaire collective. « C’est la reconnaissance même de l’importance de ces sujets de la complémentaire santé et de la prévoyance par les pouvoirs publics, qui a provoqué une forme de déstabilisation du secteur », a-t-il souligné et d’ajouter : »mon rapport ne propose pas de tout bouleverser ».

Dominique Libault a rappelé la distinction nécessaire entre prévoyance et complémentaire santé, « la fabrique du social en prévoyance me semble l’apanage des partenaires sociaux et des négociations« .

Soulignant également l’indispensable prise en compte des précaires et la diversité des situations, il a affirmé qu’ « il n’y aura pas de solutions uniformes ». 

Les intervenants d’une première table-ronde s’étaient penchés sur les enjeux de la prévoyance avec des interrogations sur la répartition intergénérationnelle, la protection sociale des précaires et les évolutions créées par de nouveaux emplois en particulier ceux liés aux technologies de l’information et de la communication (TIC).

 Jacques Barthelemy, avocat en droit social, a pointé le passage du droit du travail au droit de l’activité professionnelle impliquant d’ « inventer de nouveaux instruments « .

 Un second débat, portait sur la prévoyance et la prévention du risque au travail en entreprise. Philippe Pihet, secrétaire confédéral FO en charge des retraites et de la protection sociale complémentaire, a salué le rapport Libault et considéré que la question fondamentale pour la protection sociale complémentaire était celle de la mutualisation du risque. Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale CFDT chargée de la protection sociale, a insisté sur la gouvernance estimant que les partenaires sociaux doivent conserver « l’impulsion du système« .

Les deux représentants syndicaux ont par ailleurs pointé un risque de « segmentation des risques » concernant les annonces du gouvernement sur la couverture santé des plus de 65 ans.

Source : Miroir Social