Chômage : les jeunes gardent le moral

Près de 8 jeunes sur 10 sont optimistes quant à leur avenir professionnel.

Ils ont entre 15 et 29 ans, sont étudiants ou apprentis, en activité ou chômeurs, et l’insertion dans le monde du travail reste pour eux, globalement, un chemin de croix. Pourtant, les jeunes, sondés par OpinionWay pour le compte d’Agefos PME , l’un des principaux organismes collecteurs de fonds de formation, gardent le moral. Ils sont en effet 76 % à se déclarer très ou plutôt optimistes quant à leur avenir professionnel. Soit 2 points de plus qu’il y a un an.

L’optimisme est plus marqué côté homme (81 %, contre 71 % chez les femmes), décroît avec l’âge et – sans surprise – l’est nettement moins chez les jeunes demandeurs d’emploi. Il est aussi très élevé chez les apprentis ou les étudiants pour ce qui est de leurs chances de trouver un emploi qui leur plaira ou qui leur permettra d’évoluer, un peu moins quant aux perspectives de rémunération.

Effets du numérique

Ces résultats sont paradoxaux à plus d’un titre. D’abord parce que dans le même temps, 1 jeune sur 3 seulement estime que les voyants de l’économie sont au vert. Qui plus est, l’emploi reste un point noir en France pour eux. Le récent état des lieux établi par France Stratégie , un organisme rattaché à Matignon, montre que 13,8 % des 20-24 ans sont au chômage, contre 11,7 % en moyenne au sein de l’Union européenne.

Le sondage souligne un autre paradoxe. Signe d’une grande conscience de la réalité du marché du travail, et notamment des effets du numérique sur l’évolution des métiers, plus de 8 jeunes sur 10 se déclarent prêts à en exercer plusieurs durant leur carrière. D’un autre côté, ils plébiscitent la stabilité – en faisant un seul métier ou en travaillant pour la même entreprise toute leur vie – pour l’épanouissement professionnel.

Et la formation dans tout cela ? Elle ressort loin derrière la juste reconnaissance du travail accompli ou les relations avec son supérieur comme facteur de bonheur au travail. Elle reste toutefois un moyen jugé clef pour évoluer. Les candidats à l’élection présidentielle qui, tous, mettent l’accent sur le développement des compétences tout au long de la vie y trouveront de quoi appuyer leurs propositions.

Source : lesechos.fr