Cancer du sein : l’effet protecteur de la consommation de fibres à l’adolescence

Les adolescentes consommant beaucoup de fibres, notamment celles des fruits et légumes, verraient leur risque de développer un cancer du sein réduit, selon une étude.

Les dernières actualités de la recherche contre le cancer sont présentées pour Sciences et Avenir et en exclusivité par le Pr David Khayat, chef de service de cancérologie à la Pitié-Salpêtrière.

Selon une étude publiée dans la revue Pediatrics, les adolescentes et jeunes femmes consommant beaucoup de fibres, notamment celles des fruits et légumes, réduiraient leur risque de développer un cancer du sein à la pré-ménopause. En effet, grâce aux données de la cohorte de la « Nurses’ Health Study II » ayant inclus plus de 90.000 femmes américaines, des chercheurs ont montré une diminution du risque de cancer du sein de 12 à 19% chez les femmes ayant consommé des fibres alimentaires lorsqu’elles étaient jeunes adultes. Pour chaque portion quotidienne de 10g supplémentaire (correspondant par exemple à une pomme et deux tranches de pain complet) consommée à cette période, le risque était abaissé de 13%. Par ailleurs, des apports importants de fibres à l’adolescence réduiraient de 16% le risque global de développer un cancer du sein et de 24% celui d’en développer un à la pré-ménopause. Le bénéfice majeur proviendrait des fibres des fruits et légumes. L’adolescence et le début de l’âge adulte seraient ainsi des périodes sensibles car les facteurs de risque de développement du cancer du sein y seraient particulièrement importants. A ces périodes de vie, la nutrition pourrait donc constituer un des rares facteurs de risques modifiables.

Source : sciencesetavenir.fr