Cancer du sein : la fécondation in vitro n’augmenterait pas les risques

LA CHRONIQUE DU PR KHAYAT. Une étude néerlandaise établit que la fécondation in vitro n’augmente pas le risque de cancer du sein chez les femmes qui y ont recourt.

Les dernières actualités de la recherche contre le cancer sont présentées pour Sciences et Avenir et en exclusivité par le Pr David Khayat, chef de service de cancérologie à la Pitié-Salpêtrière.

Une étude néerlandaise suggère que les femmes ayant eu recours à la fécondation in vitro (FIV) n’auraient pas un risque plus élevé de cancer du sein. Une équipe de cancérologues de l’Institut néerlandais du cancer à Amsterdam a suivi pendant 21 ans près de 20.000 femmes ayant débuté des FIV entre 1983 et 1995 ainsi qu’un groupe témoin de presque 6.000 femmes ayant eu recours à d’autres types de traitements plus légers afin de stimuler leur fertilité.

Selon les résultats, sur les 21 années de suivi, le risque de développer un cancer du sein s’est avéré semblable entre les femmes ayant réalisé des FIV (3%) et celles du groupe témoin (2,9%). Chez les participantes qui ont eu recours à sept FIV ou plus, le risque de cancer était plus faible que chez celles qui y avait fait appel une ou deux fois. Ces statistiques sont similaires à celles de la population générale. Les auteurs concluent que leur étude, publiée dans la revue JAMA, suggère l’absence d’augmentation significative du risque à long terme de cancer du sein chez les femmes ayant eu recours à des FIV. Les chercheurs précisent néanmoins que leurs résultats s’appliquent aux protocoles de stimulation ovarienne de l’époque et que ces traitements ont évolué depuis 20 ans.

Source : scienceetavenir.fr