Cancer colorectal : Faites-vous dépister pour guérir !

MIEUX SOIGNER – L’Institut national du cancer démarre ce lundi 7 novembre une nouvelle campagne d’information. L’objectif : encourager les plus de 50 ans, hommes comme femmes, à se faire dépister pour limiter le nombre de décès.

Avec près de 43.000 français concernés et 17.500 décès chaque année, le cancer colorectal est aujourd’hui l’un des cancers les plus mortels. Il détient la triste deuxième place chez ces messieurs et la troisième pour les femmes. Pourtant, s’il est détecté suffisamment tôt, il peut être guérit dans 9 cas sur 10. C’est pourquoi l’Institut national du cancer (INCa) rappelle l’importance du dépistage. Le slogan de sa campagne d’information lancée ce lundi 7 novembre : « vous avez plus de 50 ans ? Alors, il est temps de parler du dépistage du cancer colorectal avec votre médecin. »

Qu’est-ce que le cancer colorectal ?

C’est une tumeur maligne, appelée polype, qui se développe au niveau de la muqueuse du côlon ou du rectum. Lorsque ce polype grossit, il peut alors se transformer en cancer. Cela peut prendre jusqu’à 10 ans. Dans 95% des cas, le cancer survient chez des personnes de plus de 50 ans, souligne Ameli Santé.

Comment se passe le dépistage ?

Si vous avez plus de 50 ans, le test de dépistage est remboursé par l’Assurance Maladie. Normalement, un courrier est envoyé à votre domicile tous les deux ans pour vous rappeler d’en parler avec votre médecin traitant. Celui-ci peut vous remettre un test de dépistage (via les selles) à faire chez vous en 5 minutes. En plus d’être simple à réaliser, le test permet de repérer le début d’un cancer, avant même l’apparition des symptômes. Mieux, dans certains cas, le test repère le polype avant qu’il ne se soit transformé en cancer. Si le test est positif (4% des cas), une coloscopie devra être réalisée par un gastroentérologue.

Quels sont les facteurs de risques ?

En plus du tabac, de l’alcool, d’une alimentation non équilibrée et de l’obésité, certains facteurs augmentent le risque de développer un cancer colorectal. Parmi eux :
-l’âge (plus de 50 ans)
-un antécédent de cancer ou de tumeur bénigne colorectale.
-les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, comme la maladie de Crohn.
-l’hérédité (si un parent a déjà contracté une tumeur ou cette forme de cancer).

Mais un seul de ces facteurs, comme l’âge, doit nécessiter la vigilance. Une fois repérée, la tumeur peut être retirée grâce à une chirurgie ou à la chimiothérapie.

Source : lci.fr