Budget travail et emploi: des mesures pour les handicapés

Postes pour des handicapés, référents justice pour favoriser le retour à l’emploi de certains détenus, l’Assemblée nationale a voté mercredi quelques rallonges au budget 2017 du travail et de l’emploi, l’une des priorités de l’exécutif.

Dans les priorités du dernier budget du quinquennat, les crédits pour l’emploi bénéficient d’une hausse de près de deux milliards d’euros, destinée à financer le plan annoncé mi-janvier par François Hollande, notamment la prolongation jusqu’à fin 2017 de la prime à l’embauche PME.

Avec un total de quelque 15,3 milliards d’euros, ces crédits marquent « un effort inédit en faveur de l’emploi », qui bénéficie de « la plus grande part (53%) de la hausse totale des dépenses de l’État pour 2017 », note le rapporteur spécial de la commission des Finances, Christophe Castaner (PS).

Ils permettent notamment la « montée en puissance » de la Garantie jeunes et des dispositifs pour des personnes les plus éloignées du marché du travail (recentrage de Pôle emploi sur les plus en difficulté, plan de formation pour les chômeurs).

Pour ouvrir 500 postes supplémentaires pour des handicapés dans des entreprises adaptées, les députés ont voté dans l’hémicycle, comme en commission, 7,5 millions d’euros supplémentaires pour l’aide aux postes dans ces entreprises, financés par redéploiements de crédits.

Le taux de chômage des personnes en situation de handicap est de 22%.

Le projet de budget 2017 supprime l’allocation temporaire d’attente (ATA) au plus tard au 1er septembre et réoriente ses bénéficiaires, en particulier les anciens détenus, vers le RSA pour les plus de 25 ans, vers le parcours contractualisé vers l’emploi et l’autonomie (PACE) et vers la Garantie Jeunes pour les moins de 25 ans.

Source : lefigaro.fr