Audioprothèse : plus de 2000 euros à la charge des patients

Les audioprothèses représentent un marché florissant mais la prise en charge collective reste assez limitée, souligne un rapport de l’Assurance Maladie.

Les prothèses auditives ont un coût et non des moindres. L’Assurance Maladie publie un « point de repère » sur le recours aux audioprothèses en 2015, et la prise en charge collective. Il faut dire qu’avec un marché représentant environ un milliard d’euros, le secteur constitue une dépense « significative »… mais dont l’impact sur les dépenses publiques reste limité.

En effet, selon ces dernières données, le montant de la prise en charge des audioprothèses par l’Assurance Maladie s’est élevé à 134 millions d’euros, soit un poste de dépenses relativement raisonnable, alors que le secteur connaît une dynamique forte avec une croissance moyenne de 6,6 % par an depuis 2006.

4 % des plus de 85 ans

Cette hausse est liée à une augmentation du taux de recours ainsi qu’à des facteurs démographiques « d’autant plus importants que ce sont les personnes âgées qui ont naturellement un recours plus élevé à ce type d’appareil », explique l’Assurance Maladie. En effet, en 2015,
362 000 personnes ont acheté au moins un appareil auditif, soit moins de 0,6% de la population française. Ce taux de recours croît très fortement avec l’âge pour atteindre plus de 4 % après 85 ans.

« Le coût moyen d’une audioprothèse est de 1 500 euros, soit un investissement d’environ 3 000 euros pour les 71 % de personnes qui ont équipé leurs deux oreilles en 2015 ». Si l’on fait la moyenne entre les 29 % d’assurés qui ont acheté un seul appareil et les 71% qui en ont acheté deux, « en termes de dépenses, le coût moyen d’achat d’appareils auditifs est de l’ordre de 2 570 euros par patient avec un reste à charge (avant prise en charge des assureurs complémentaires) de 2 279 euros », note l’Assurance Maladie. Les entretiens et réparations représentent 86 euros par patient, avec un reste à charge de 48 euros.

Si ce coût a tendance à être plus élevé pour les enfants et les adolescents, ces derniers bénéficient d’une meilleure couverture de la part de l’Assurance Maladie obligatoire. Au final, le reste à charge est moins élevée pour les plus jeunes.

Pour les patients bénéficiant de la CMU-C, les fournisseurs d’audioprothèses sont tenus de proposer des appareils dont le prix n’excède pas le forfait de remboursement, soit 700 euros par appareil (1400 euros pour les patients de moins de 20 ans).

En 2015, 21 700 appareils ont été vendus à 12 200 bénéficiaires de la CMU-C pour un montant total de près de 20 millions d’euros. Le taux de recours global est de 0,3 % contre 0,6 % pour l’ensemble de la population. Cet écart s’explique par le fait que les personnes de plus de 60 ans sont largement sous-représentées parmi les bénéficiaires de la CMU-C.

Source : pourquoidocteur.fr