Assurance santé : les seniors redoutent l’utilisation de leurs données

Face à la multiplication des outils dématérialisés, les plus de 55 ans craignent que les assureurs aient un jour accès à leurs données de santé et s’en servent pour adapter leurs cotisations à leur état de santé, selon une étude.

L’utilisation des données des consommateurs sont au centre de la stratégie de nombreux acteurs du Web. Qu’il s’agisse des Gafa, acronyme de Google, Amazon, Facebook ou Apple. Ou bien des fintechs, ces jeunes pousses de la finance, prêtes à davantage utiliser les informations concernant leurs clients pour mieux cibler leurs attentes. Et leur proposer des produits adéquats.

Demain, les banques et les compagnies d’assurances pourraient aussi être amenées à davantage exploiter les données de leurs clients. Ce qui inquète beaucoup les seniors, en particulier en matière d’assurance santé, selon une étude réalisée pour France Mutuelle par OpinionWay auprès de 1016 personnes, âgées de 55 ans et plus.

Ainsi, une large majorité des seniors interrogés (62%) par OpinionWay, expriment des craintes quand au comportement des assureurs et des mutuelles. «Face à la multiplication des outils dématérialisés, une majorité (55%) craint que les assureurs et les mutuelles aient un jour accès à leurs données de santé et s’en servent pour adapter leurs cotisations à leur état de santé», pointe l’étude. Un grand nombre des personnes sondées (51%) redoutent également que les assureurs et les mutuelles cherchent à obtenir des données sur leur style de vie et utilisent ces informations pour ajuster leurs cotisations.

Les hommes sont plus nombreux que les femmes à redouter de tels comportemens intrusifs (65% contre 58% pour les femmes). Les seniors les plus jeunes, plus au fait des nouvelles technologies et des dangers qu’elles peuvent représenter pour la vie privée se disent encore plus inquiets (67% des séniors de moins de 70 ans contre 54% des séniors de 70 ans et plus).

Bon nombre de personnes sondées par OpinionWay pour France Mutuelle se disent également inquiètes de la montée en puissance des robots et de la télémédecine. 42% des personnes interrogées redoutent ainsi que ces nouvelles techniques remplacent progressivement les infirmières et les aides-soignants qui se déplacent à domicile. «Soucieux du contact humain, une grande majorité des séniors (71%) estime important d’interagir quotidiennement avec d’autres personnes pour rester en bonne santé», pointe l’étude.

Source : lefigaro.fr