Alzheimer : une application d’intelligence artificielle de dépistage bientôt testée

Une nouvelle technologie qui analyse la parole pour détecter la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles cognitifs a remporté la AGE-WELL Pitch Competition, « un concours de projets technologiques pour venir en aide aux personnes atteintes de démence ».

Le nouvel outil fonctionnant sur une tablette, développé par Winterlight Labs, enregistre une personne pendant qu’elle décrit une photo à l’écran.

« En raison de difficultés à trouver leurs mots, les gens atteints d’Alzheimer auront tendance à faire des pauses entre les mots, et la diversité de leur vocabulaire est réduite », a expliqué M. Liam Kaufman devant le panel de juges le 23 juillet, à Toronto.

La technologie utilise l’intelligence artificielle pour analyser environ 400 variables des échantillons sonores et produire des résultats en moins de cinq minutes.

En laboratoire, le logiciel décèle l’Alzheimer, le Parkinson et l’aphasie avec 85 % à 100 % d’exactitude, indique le communiqué de Age-Well.

Selon M. Kaufman, cette approche constitue une amélioration par rapport aux évaluations neuropsychologiques sur papier qui prennent beaucoup de temps et qui peuvent être stressantes pour les gens qui ont des problèmes de mémoire.

« Les chercheurs sont prêts à mener des essais dans des contextes d’aide à la vie autonome et de soins à domicile grâce au financement d’Age-well », indique le communiqué. « L’outil sera utilisé dans les établissements pour personnes âgées afin d’améliorer la surveillance continue de la santé cognitive des résidents, de fournir des données quantifiables à jour aux membres de leur famille et d’aider tout le monde à planifier en conséquence lorsqu’il est temps de passer à un niveau supérieur de soins. »

Cet outil d’évaluation peut être utilisé pour les essais cliniques de médicaments expérimentaux, souligne la présentation des finalistes. Pour enrôler une personne dans un essai, 10 personnes doivent être évaluées. Les essais cliniques de phases 2 et 3 doivent enrôler entre 600 et 2000 personnes. La nouvelle technologie « complètement automatisée » peut permettre une présélection.

Les processus d’approbation réglementaire seront lancés au Canada et aux États-Unis afin de rendre la technologie disponible de façon plus généralisée.

Le concours a été conjointement organisé par le Global Council on Alzheimer’s Disease (GCAD) et commandité par Otsuka America Pharmaceutical inc., Aging2.0 Local | Toronto, l’Institut ontarien du cerveau et la Women’s Brain Health Initiative.

Source : psychomedia.qc.ca