Alzheimer : un sondage pointe les lacunes des Français

Près de 7 Français sur 10 pensent qu’il est possible de prévenir la maladie d’Alzheimer mais la quasi-totalité d’entre eux ignore comment.

En France, environ 3 millions de Français sont directement ou indirectement touchés par la maladie d’Alzheimer, dont 900 000 malades. Mais malgré l’ampleur de cette maladie dans notre pays, la population semble encore méconnaître cette démence. Un sondage Ifop réalisé pour l’Observatoire B2V des Mémoires (1) montre que près de 7 personnes interrogées sur 10 pensent qu’il existe des moyens de prévenir la plus fréquente des maladies neurodégénératives, tandis que 3 sur 10 estiment que c’est une fatalité.

Activité physique, stimulation intellectuelle, alimentation saine et équilibrée… Des études scientifiques semblent montrer que des certains facteurs peuvent retarder l’arrivée des premiers symptômes. Mais si les Français interrogés savent que certaines activités peuvent réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer, la quasi-totalité d’entre eux ignore lesquelles.

Méconnaissance
L’institut de sondage leur a alors proposé une liste d’actions pouvant permettre de prévenir l’arrivée d’une démence. Ainsi, les sondés sont 73 % à placer en tête l’activité physique régulière comme moyen de prévention. Une bonne réponse puisqu’il a été démontré que l’exercice physique freinait le déclin cognitif.

Ils sont également nombreux à répondre qu’avoir une vie sociale riche, ou dormir au moins 7 heures par nuit sont des moyens de prévention. A nouveau, les participants ont raison : des travaux suggèrent que l’isolement social et les troubles du sommeil jouent un rôle dans le développement d’Alzheimer.

Mais là où le bât blesse, c’est du côté de l’alimentation. Seulement 2 sur 10 estiment que suivre un régime méditerranéen protège de la maladie d’Alzheimer. La littérature scientifique est pourtant unanime : ce régime composé d’aliments sains ralentit le vieillissement cérébral et réduirait le risque de 54 %.

Fausses idées
Mais parmi cette liste, les sondeurs ont glissé quelques pièges. 15 % des personnes interrogées pensent ainsi que se parler à haute voix est bénéfique ; 6 % sont même convaincues que pratiquer des activités à sensation fortes peut protéger de la maladie ! Au final, l’institut de sondage précise que 49 % des sondés ont donné au moins une mauvaise réponse.

A quelques jours de la Journée mondiale d’Alzheimer qui se tiendra le 21 septembre prochain, ce sondage illustre le besoin de sensibiliser les Français à cette maladie encore peu connue et contre laquelle il n’existe aucun traitement préventif ou curatif.

(1) Le sondage a été menée, du 29 août au 1er septembre 2016, auprès d’un échantillon de 1007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Source : pourquoidocteur.fr