Alzheimer. Les souvenirs pourraient être « réactivés »

Selon des chercheurs, les souvenirs des malades d’Alzheimer n’ont pas disparu mais seraient juste inaccessibles et pourraient être réactivés. Un espoir pour les malades.

Chez les malades d’Alzheimer, les souvenirs du passé n’auraient probablement pas été effacés, mais seraient juste inaccessibles et pourraient être réactivés. C’est en tout cas la conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs dont l’étude a été publiée cette semaine dans la revue britannique Nature.

Ils ont pour cela mené des tests sur des souris saines et d’autres génétiquement modifiées pour présenter des symptômes similaires aux malades d’Alzheimer : placés dans une cage, elles ont reçu une faible décharge électrique dans les pattes. Idem 24 heures plus tard.

Une stimulation lumineuse des neurones du souvenir

Bilan : alors que les bien portantes ont manifesté leur peur, se souvenant du choc désagréable ressenti plus tôt, celles atteintes d’Alzheimer sont restées sans réaction. Mais quand les chercheurs ont stimulé avec une lumière bleue le réseau de neurones associés à la formation d’un souvenir, elles ont recouvré la mémoire de la décharge.

Les scientifiques ont également constaté que les souris malades avaient moins de connexions entre les neurones, les synapses. Mais grâce à des stimulations lumineuses, ils ont permis d’augmenter leur nombre à des niveaux comparables à ceux des rongeurs sains. Au point de ne plus avoir besoin de les réactiver artificiellement pour susciter une attitude de frayeur.

L’espoir d’un traitement ?

« C’est une bonne nouvelle pour les patients », s’est félicité Susumu Tonegawa, directeur de deux instituts au Japon et aux Etats-Unis, qui a mené ces travaux. L’expert s’est toutefois montré prudent. « La maladie, à un stade précoce, pourrait être soignée à l’avenir si est développée une nouvelle technologie qui remplit les conditions éthiques et de sécurité », a-t-il tempéré.

En mai 2015, le professeur avait présenté une étude comparable dans la revue américaine Science, mais plus particulièrement axée sur le problème de l’amnésie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à 47,5 millions le nombre de personnes atteintes de démence dans le monde, dont 60 à 70 % de la maladie d’Alzheimer, pour laquelle il n’existe encore aucun traitement.

Source : ouest-france.fr