Alzheimer: les activités à domicile ralentissent la maladie

La « thérapie occupationnelle » peut ralentir la perte d’autonomie et réduire les troubles du comportement dans la maladie d’Alzheimer, selon l’Inserm.

Favoriser les activités des malades d’Alzheimer est efficace pour ralentir le développement de la maladie.

La « thérapie occupationnelle » à domicile, peut ralentir leur perte d’autonomie et réduire les troubles du comportement, selon une étude de l’Inserm publiée ce mardi.

Ergothérapeuthes, psychomotriciens…

Il s’agit de l’intervention chez la personne malade d’ergothérapeutes, de psychomotriciens et d’assistants de soins en gérontologie.

Cette thérapie consiste à stimuler certaines activités de personnes malades ou à maintenir leur autonomie de manière sécurisée et efficace tout en tenant compte de leurs habitudes de vie et de leur environnement.

Son efficacité avait été démontrée par des études cliniques. L’Inserm a voulu évaluer ce qu’il en était dans la vie réelle, en suivant 421 patients atteints de démence. Les chercheurs les ont suivi pendant trois mois de prise en charge, puis pendant trois mois après l’arrêt de cette forme de thérapie par l’activité.

Les troubles du comportement des malades ont significativement diminué au cours des 3 mois d’intervention et étaient stables après cette période, selon l’Inserm.

Priorité aux stades précoces d’Alzheimer

Les activités à domicile ont permis par ailleurs de stabiliser les performances cognitives des patients au cours des 6 mois de l’étude. L’autonomie fonctionnelle est aussi restée stable au cours des 3 mois d’intervention mais elle a significativement réduit par la suite.

C’est auprès des patients diagnostiqués les plus récemment que les bénéfices sont les plus importants. Elles limitent le déclin fonctionnel.

L’Inserm conseille de concentrer prioritairement la thérapie occupationnelle sur les patients aux stades précoces de la maladie d’Alzheimer afin d’optimiser ses éventuels bénéfices cliniques.

Source : ledauphine.com