Alzheimer: des anti-cholestérol intéressants pour la prévention

Les statines, des médicaments anti-cholestérol, semblent prometteurs pour la prévention de la maladie d’Alzheimer, selon une étude médicale publiée lundi.

Ces travaux ont été menés entre 2009 et 2013 à partir d’un échantillon de près de 400.000 bénéficiaires du régime d’assurance maladie Medicare, qui couvre les plus de 65 ans aux Etats-Unis.

Parmi eux, ceux qui prenaient ces médicaments pendant au moins deux ans ont réduit leurs risques d’avoir cette maladie neurodégénérative incurable pendant la durée de l’étude.

La fréquence de la maladie était moindre parmi les personnes prenant le plus de statines, ont également observé ces chercheurs de l’Université de Californie du sud (USC) et d’Arizona, dont les travaux paraissent dans la revue médicale américaine JAMA Neurology.

Chez les personnes traitées avec les plus fortes doses, l’incidence d’Alzheimer était 15% moindre chez les femmes, et 12% chez les hommes, par rapport aux patients ne prenant pas de statines.

Les auteurs ont observé que les hommes noirs étaient le seul groupe qui ne montrait pas de baisse statistiquement significative du risque d’Alzheimer avec des statines, un phénomène qu’ils ont attribué au trop petit nombre de patients dans l’échantillon.

« Il n’est peut-être pas nécessaire d’attendre la découverte d’un médicament efficace contre Alzheimer pour faire une différence pour les personnes les plus vulnérables alors que des traitements existent déjà et peuvent, seuls ou combinés à d’autres, réduire le risque de cette maladie », estime Julie Zissimopoulos, directrice adjointe du Centre de politique de la santé de USC, un des principaux auteurs de l’étude.

De précédentes études avaient déjà révélé un lien entre les statines et les plaques beta-amyloïdes dans le cerveau, qui sont une des principales signatures d’Alzheimer. Elles affectent la mémoire et d’autres fonctions cérébrales.
« Nous examinons les statines comme candidat potentiel parce qu’elles sont largement utilisées et entraînent une réduction du cholestérol », précise la chercheuse.

Cette étude a surtout étudié quatre des statines les plus utilisées, simvastatine, atorvastatine, pravastatine et rosuvastatine.
Des scientifiques pensent que certaines statines, comme l’atorvastatine et la simvastatine, pourraient être même plus efficaces pour prévenir Alzheimer parce qu’elles peuvent traverser la barrière protectrice du cerveau qui empêche certains types de substances d’y pénétrer.

Ces chercheurs prévoient d’étudier des combinaisons d’autres molécules déjà commercialisées pour évaluer leurs effets sur le risque d’Alzheimer, comme certains anti-diabétiques et des traitements contre l’hypertension artérielle.
Il est impératif de découvrir des traitements efficaces pour prévenir et guérir cette maladie incurable qui affecte déjà plus de cinq millions d’Américains.
Avec le vieillissement de la génération du « Baby Boom », le nombre de cas va exploser et pourrait atteindre 9,1 millions d’ici 2050, ce qui entraînera un coût de santé exorbitant de 1.500 milliards de dollars aux Etats-Unis, selon des projections.

Le dernier médicament expérimental prometteur contre Alzheimer ciblant les plaques amyloïdes, le solanezumab, des laboratoires américains Eli Lilly, s’est finalement soldé par un échec chez des patients atteints d’une forme modérée de cette démence dans un récent essai clinique.

Source : leparisien.fr