Alcool : l’Europe réclame un étiquetage des bouteilles

Les bouteilles d’alcool devront afficher la composition et les informations nutritionnelles de la boisson, a indiqué la Commission Européenne.

Pendant toutes ces années, elles ont y ont échappé. Alors que les bouteilles de soda ou de jus de fruit doivent obligatoirement mentionner la composition des boissons qu’elles contiennent, les bouteilles d’alcool, elles, ont fait figure d’exception pendant toutes ces années. Pour des raisons mystérieuses, elles n’ont pas été soumises à cette réglementation.

Mais l’Europe signe la fin de ce laxisme accordé à l’industrie de l’alcool. La Commission Européenne vient en effet d’adopter un rapport consacré à la question. « Au vu des conclusions de son rapport, la Commission a décidé d’inviter le secteur des boissons alcoolisées à élaborer dans un délai d’un an une proposition d’autoréglementation pour généraliser la mention des ingrédients et des informations nutritionnelles sur toutes les boissons alcoolisées », peut-on lire dans un communiqué.

« Pleinement informés »

« Ce rapport soutient le droit des gens, dans l’Union européenne, d’être pleinement informés de ce qu’ils boivent. Qui plus est, il ne constate pas de raisons objectives justifiant l’absence de la liste des ingrédients et des informations nutritionnelles sur les boissons alcoolisées. Il souligne l’expansion des initiatives volontaires qui est déjà en cours dans ce secteur. »

Le règlement de l’UE concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires (nº 1169/2011), qui est applicable depuis décembre 2014, établit des règles concernant la mention de la liste des ingrédients et d’une déclaration nutritionnelle. Ces règles sont obligatoires pour toutes les denrées alimentaires, y compris les boissons alcoolisées. Les boissons titrant plus de 1,2 % d’alcool en volume en sont cependant exemptées.

Le secteur a donc un an pour préparer une proposition de réglementation. Au terme de cette période, la Commission évaluera la proposition. Si elle estime que l’autoréglementation proposée par les fabricants n’est pas satisfaisante, elle lancera une analyse d’impact pour examiner les autres options envisageables, conformément aux principes du « mieux-légiférer ».

Pinte de bière et chocolat

Cet nouvel affichage permettra aux consommateurs d’identifier les substances éventuellement toxiques dans les boissons alcoolisées (colorants…), mais aussi d’en savoir davantage sur l’apport calorique de ces breuvages, particulièrement riches pour certains d’entre eux.

Or, cela représente un vrai enjeu de santé publique… L’alcool est en effet un facteur d’obésité. Une pinte de bière contient 180 calories, ce qui équivaut à une part de gâteau au chocolat, et à peu près autant qu’un grand verre de vin blanc (185 calories). Ces boissons sont beaucoup plus caloriques qu’une double vodka tonic (143 calories, l’équivalent d’un donut) mais beaucoup moins qu’une pina colada : ce cocktail à base de rhum et de jus de fruits contient 644 calories, c’est-à-dire autant qu’un Big Mac !

Source : pourquoidocteur.fr