90 % des étudiants diplômés ont un emploi deux ans après leur formation

Selon une étude du ministère de l’Enseignement supérieur, les diplômes universitaires « restent une protection efficace face au chômage » des jeunes.

Deux ans et demi après avoir empoché leurs diplômes, 90 % des étudiants issus de l’université ont décroché un emploi, stable ou pas, selon une étude du ministère de l’Enseignement supérieur publiée mercredi. L’enquête réalisée auprès des étudiants de master (Bac+5), DUT (Diplôme universitaire de technologie, Bac+2) ou licence professionnelle (Bac + 3), qui ont achevé leur cursus en 2013, montre des résultats relativement stables par rapport à ceux obtenus en 2015. Elle conclut que « les diplômes universitaires, en particulier le master, restent une protection efficace face au chômage » des jeunes, dont près de 25 % âgés de 15 à 24 ans sont sans emploi.

Néanmoins le résultat dépend beaucoup de la formation choisie : les étudiants en droit-gestion-économie trouvent plus facilement et plus rapidement un emploi stable au bout de trente mois, comparé à leurs collègues des filières de sciences humaines et sociales ou langues. À titre d’exemple, « la professionnalisation des formations » en master, notamment en gestion, explique que les étudiants s’insèrent davantage sur le marché de l’emploi par rapport aux diplômés en langues. En outre, les pourcentages d’étudiants en emploi dit « stable » au bout de 30 mois varient en fonction de la formation : les DUT sont moins bien lotis (70 %) par rapport aux licences pro (80 %) et masters (90 %).

Différences de salaire

Autre enseignement fourni par l’étude : le pourcentage d’étudiants qui poursuivent leurs études après une licence professionnelle tend à diminuer (29 % en 2013 contre 36 % en 2011). En revanche, ce taux augmente chez les diplômés de DUT (89 % en 2013 contre 83 % en 2008). Enfin, l’étude souligne qu’au bout de 30 mois, le salaire net médian des jeunes diplômés se situe aux alentours de 1 900 euros après un master, contre 1 600 euros après une licence professionnelle et 1 500 euros pour un DUT.

L’enquête a été menée par le ministère de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et les universités publiques (à l’exception de Paris Dauphine) à partir de décembre 2015 auprès de 100 000 jeunes ayant obtenu leurs diplômes en 2013.

Source : lepoint.fr