60 euros de plus en moyenne pour les retraités de la Cnav en 2015

Le gel des pensions n’a pas empêché le montant moyen des retraites de base des salariés disposant d’une carrière complète de progresser de 0,5% l’an dernier. Une hausse qui découle des meilleures prestations perçues par les nouveaux retraités.

La nouvelle peut paraître étonnante au moment où l’on n’a de cesse de parler de la baisse à venir des retraites complémentaires Arrco et Agirc. Le montant moyen de la retraite de base de droit direct (hors pension de réversion versée aux veufs et veuves) servie par le régime général de la Sécurité sociale aux salariés du secteur privé n’a pas diminué en 2015 selon les données diffusées le 13 avril 2016 par la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav). Mieux, la retraite moyenne des pensionnés disposant de tous leurs trimestres a augmenté de 0,5% l’an dernier. Elle atteint ainsi 1.037 euros bruts par mois.

Le gain semble bien faible de prime abord : il se traduit par une hausse moyenne de 60 euros sur l’année. Il n’empêche, compte tenu de l’inflation quasi nulle, il est réel. Cette hausse est intervenue alors que les pensions étaient encore sous le coup du gel des retraites en vigueur jusqu’au 30 septembre 2015. La revalorisation symbolique de 0,1% des pensions de base (y compris du secteur public) décidée par le gouvernement au 1er octobre 2015, dont l’impact n’a porté que sur la fin de l’année, ne peut expliquer à elle seule ce regain de pouvoir d’achat. Surtout, elle résulte du montant moyen plus élevé perçu par les nouveaux retraités.

1.098 euros pour les retraités de 2015
Ainsi, la situation apparaît plus favorable pour les personnes qui ont décidé de partir à la retraite en 2015. Le montant moyen de la pension de base de droit direct des salariés justifiant d’une carrière complète ayant mis à fin à leur carrière l’an passé se situe à 1.098 euros bruts par mois. C’est 1,47% de mieux que leurs prédécesseurs de 2014. Le gain grimpe cette fois-ci à 192 euros sur l’année. Sachant que l’on touche en moyenne sa retraite pendant 20 ans, le différentiel sur le long terme est loin d’être négligeable (3.840 euros).

Pourquoi cet écart entre les générations ? Le phénomène n’est pas nouveau. Il s’explique par l’augmentation des niveaux de qualification qui entraîne, par ricochet, une hausse de salaires. Sous l’effet des différentes réformes, les salariés travaillent également plus longtemps. La durée de cotisation des nouveaux retraités au régime général est ainsi passée de 118 trimestres en 2014 à 120 trimestres en 2015. Les rémunérations étant en général plus élevées en fin de carrière, la moyenne des 25 meilleures années de salaire prise en compte dans le calcul de la pension de base s’en trouve améliorée.

Départ à 62 ans et 5 mois

Revers de la médaille : les salariés partent un peu plus tard à la retraite. L’âge moyen de liquidation des droits a encore en 2015 pour atteindre 62 ans et 5 mois. Chez les femmes, le départ se situe même en moyenne à 62 ans et 8 mois l’an passé. Compte tenu de la maternité, des carrières plus heurtées et des temps partiels, la majorité des salariées sont amenées à devoir cotiser plus longtemps pour ne pas subir de décote sur leur pension de base.

Source : toutsurlaretraite.com