1,8 milliard d’euros pour le Fonds Logement intermédiaire

La SNI a bouclé son second closing avec 1.045 millions d’euros de fonds propres. De quoi lancer la construction de 10.000 logement intermédiaires pour les classes moyennes.C’est un record inattendu, selon la SNI (Société Nationale Immobilière, filiale de la Caisse des Dépôts) et sa filiale Ampere Gestion : le FLI, premier fonds de logement intermédiaire, a clôturé sa levée de fonds avec un montant total d’engagements de 1 045 millions d’euros pour son second closing du 29 juin 2015. Ces fonds propres permettent au groupe de bénéficier d’une « capacité d’investissement de 1,8 milliard d’euros », soit la possibilité de construire 10 000 logements intermédiaires.

Cette levée de fonds marque le regain d’intérêt des investisseurs institutionnels pour le logement », estime la SNI.

Le FLI se classe ainsi parmi les 3 plus gros fonds de logement non cotés en Europe (source : INREV) et représente la quatrième plus grosse levée de fonds de l’année dans l’immobilier (source : Preqin). Outre la SNI, il rassemble 17 investisseurs français : ACM (Assurances du Crédit Mutuel), AEW pour le compte de l’Etablissement de Retraite Additionnelle de la Fonction Publique (ERAFP), AG2R, Allianz, Areva, Aviva France, BNP Paribas Cardif, CNP Assurances, EDF Invest, le Fonds de réserve pour les retraites, Generali, MAIF, le Groupe Malakoff Médéric, Natixis Assurances, Neuflize OBC, Predica et la Société Mutuelle d’Assurance du Bâtiment et des Travaux Publics (SMABTP).

C’est quoi le logement intermédiaire ?

Le statut du logement intermédiaire a été défini par la loi de finances 2014 (article 279-0 bis A du code général des Impôts) afin d’encourager la production de logements à loyers maîtrisés dans les grandes villes. Le FLI construira uniquement des logements neufs répondant aux dernières normes environnementales, à loyers maîtrisés et situés en région parisienne et dans les grandes agglomérations françaises où un déficit d’offre pour les classes moyennes est constaté depuis plusieurs années.

Le fonds a déjà validé l’acquisition de près de 3.000 logements et 3.000 autres sont en cours d’examen. Des protocoles pluriannuels ont été passés avec une quinzaine de promoteurs nationaux et régionaux. Le rendement brut moyen des logements acquis s’établit à 4,9 %. 74 % des immeubles sont situés en dans les zones A et Abis (les plus tendues), dont 45 % en région parisienne.

Source : L’Obs Immobilier